« Les Tunisiens, fatigués d’un pays tenu par quelques familles »

(De Tunis) Me Bochra Beljaj Hamida était dans le cortège d’avocats malmenés par la police le 30 décembre devant le tribunal de Tunis. La veille, elle faisait sa première apparition télévisée sur la chaîne tunisienne privée Nessma TV, qui a brisé le verrouillage médiatique en diffusant une émission spéciale sur le mouvement de protestation.

Mais surtout, Bochra Beljaj Hamida est une figure des revendications démocratiques, du fait d’avoir obtenu la grâce de plusieurs condamnés à mort du temps de Habib Bourguiba. Elle considère le mouvement né à Sidi Bouzid comme sans précédent et défend plus que jamais un processus démocratique pour la Tunisie.

Je suis entré en contact avec elle la veille de notre entretien. Des policiers en civils avaient cependant été tenus au courant de ma visite chez elle à Tunis. Ils m’ont suivi quelques heures, sans intervenir.

Rue89 : Le mouvement social continue à prendre de l’ampleur avec des manifestations dans l’ensemble du pays. Va-t-il se poursuivre ?

Bochra Beljaj Hamida : Sans aucun doute ! C’est un mouvement sans précédent en Tunisie. Les gens se retrouvent dans les revendications sociales portées à Sidi Bouzid. Ils en ont assez de la corruption, de la précarité et de ce pouvoir qui n’est pas élu démocratiquement.

Dans les cortèges, certains manifestants traitent le Président de « lâche », de « voleur », comme un délinquant de droit commun en somme. Cela ne s’était jamais produit auparavant. Car l’Etat ne parvient pas à aborder les Tunisiens comme des citoyens, nous sommes infantilisés par des technocrates qui sont loin de la vraie société.

Revenons au cas des jeunes diplômés, en Tunisie. Il n’est pas possible de valider un certificat d’aptitude au travail sans soudoyer un fonctionnaire. Aussi, il ne faut pas confondre : les manifestants ne demandent pas à l’Etat de leur trouver un travail mais dénoncent le fait que, sur le marché de l’emploi, les choses ne se font jamais dans la transparence et avec justice.

On ne peut pas reprocher au gouvernement de n’avoir rien fait en matière d’emploi, des programmes ont été lancés depuis plusieurs années, mais à cause d’une corruption systématique, on perd tout ce qui a été fait. Le blocage économique est là !

Nous voulons un dialogue avec les citoyens, que les gens puissent investir et travailler librement et que cela soit une réelle volonté politique.

Finalement, le mouvement social est né à Sidi Bouzid mais il aurait très bien pu voir le jour ailleurs…

Ce n’était pas le premier suicide d’un jeune dans une situation de précarité sociale comparable. Sidi Bouzid a été l’étincelle et la contestation s’est propagée dans tout le pays.

Paradoxalement, le calme est actuellement revenu à Sidi Bouzid car la présence policière y est très forte, mais aussi parce que le gouvernement a acheté les bonnes personnes, tout en donnant l’illusion d’une écoute en limogeant les responsables locaux.

Sauf que la grogne n’est pas propre à Sidi Bouzid et que c’est tout une masse de Tunisiens qui souhaitent exprimer leur ras-le-bol de la politique menée par le gouvernement. Ils sont fatigués de la propagande, de la corruption et du fait que le pays soit tenu par quelques familles.

Vous remarquerez que je parle du gouvernement, je ne veux pas personnaliser la lutte car, plus qu’une personne, nous voulons changer tout un système.

Pourquoi les avocats sont-ils si mobilisés ?

Nous nous sommes sentis solidaires. L’Ordre des avocats est engagé pour les droits humains. Mais, surtout en Tunisie, nous sommes l’un des rares corps élus, et de manière libre et démocratique.

Le bâtonnier n’est pas nommé par le gouvernement, nos décisions sont précédées de débats et de campagnes libres.

Le mouvement des avocats suit-il l’arrestation brutale de Me Abderraouf Ayali et Me Equité et Choukri Belaïd ?

Oui, certains avocats avaient manifesté spontanément, en début de semaine, en soutien au mouvement social de Sidi Bouzid. Me Ayali et Me Belaïd ont pris la parole et la police les a considérés comme les chefs de file du mouvement des avocats.

Le lendemain, la police politique, directement commandée par le palais présidentiel, a enlevé brutalement Me Ayali et Me Belaïd. Abderraouf Ayali a été menacé et gravement maltraité. Puis, le lendemain, il a été relâché.

Deux cents avocats ont alors décidé collectivement de dénoncer cette répression devant le palais de justice, avec le port du foulard rouge en signe de ralliement. Vous connaissez la suite : nous avons été sauvagement réprimés, les avocats comme les avocates !

Ce qui m’a choquée, c’est que ce sont des policiers en civil qui sont intervenus et que tout a été fait pour que les choses ne se passent pas dans le calme, pour que cela dégénère. (Voir cette vidéo agitée postée sur YouTube par un participant à la manifestation)

 

Lors de son intervention télévisée vendredi, le président Ben Ali paraissait mis en difficulté…

Je crois que le gouvernement réagit brutalement car il est fragile. Contrairement au discours officiel, le mouvement de contestation n’est pas manipulé à la base, il s’agit de manifestations quasi spontanées de gens qui appellent à en finir avec ce système politique. C’est un signal d’alarme fort pour le gouvernement !

Le Président est désormais devant un choix. Si sa réponse est un simple remaniement ministériel, il n’a rien compris aux attentes des Tunisiens. On a changé de ministre de la Communication, mais moi je dis « liberté, pas de ministère de la Communication » tout court !

Nous sommes dans un mouvement important, décisif, le gouvernement doit faire le choix d’un processus démocratique et non celui de la répression.

Vous avez participé à l’émission de Nessma TV consacrée à la situation à Sidi Bouzid, qui n’a pas été censurée. C’est un autre précédent porteur d’espoir ?

Peut-être un précédent sans suite ? L’émission n’a pas été rediffusée.

Disons qu’il ne faut pas voir le gouvernement comme un seul bloc. Il y a une complexité interne, certains tirent vers l’avant alors que d’autres maintiennent une position qui défend une logique de contre-information et de répression. Le gouvernement est bousculé en son sein. Ben Ali est tiraillé entre plusieurs tendances, voire plusieurs clans.

En Europe, nous restons prudents face à ce type d’évènements, en raison de la récupération éventuelle des islamistes. Qu’en pensez-vous ?

C’est le statu quo qui renforce les extrémistes. Plus on avance, plus il y a un processus démocratique fort, plus il y a des forces de dialogue et moins la société s’islamise. C’est une bataille culturelle, une question de société. Mais il faut bien rappeler que les islamistes n’aiment pas la démocratie.

Les Européens se trompent complètement : en Tunisie, ce sont les syndicats et les militants des droits de l’homme qui portent le mouvement, pas les religieux.

En France l’UMP agite aussi la menace islamiste. Pourquoi ? Parce que Chirac et Sarkozy n’ont jamais considéré les Tunisiens sur un pied d’égalité. Ils nous ont toujours perçus comme des colonisés.

Internet est-il une interface majeure dans la construction du mouvement social ?

Le mouvement revêt un autre caractère sans précédent : il y a de plus en plus de jeunes cherchant à s’engager. On a pu penser qu’un certain confort pourrait dissuader les nouvelles générations mais les gens qui ne sont pas nés avec Bourguiba se mobilisent fortement.

Un dynamisme d’autant plus fort que tous les nouveaux réseaux sociaux typeFacebook, Twitter… sont des moyens très efficaces d’organisation contournant la censure.

En Tunisie, tous le monde connaît ce qu’est un proxy [système de contournement de la censure sur le Web, ndlr]. La plupart sont téléchargés depuis la Chine où la technologie a été très développée.

Pour les mobilisations à venir, Facebook est la première source d’information.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s