Entre Assange et Zuckerberg, Time choisit le moins dérangeant

On attendait Julian Assange, le porte-parole emprisonné de WikiLeaks, et c’est le visage de Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook, qui s’affiche à la une du magazine américain Time pour sa rituelle « personnalité de l’année ». Un choix « soft » plutôt qu’un choix « hard », pour un magazine qui a pu se montrer plus audacieux par le passé.

Chaque année, il y a le choix des internautes, et il y a la décision finale de Time. Le choix des internautesse déroule à l’échelle mondiale, et a réuni cette année 1,2 million de votes, sans doute un record pour ce type de vote informel sans enjeu autre que le prestige du vainqueur et le plaisir de participer.

Cette absence d’enjeu réel se double du mélange des genres : Lady Gaga ou Julian Assange ? Le premier ministre turc ou les mineurs chiliens ?

Mais à cette échelle, il faut quand même réunir du monde pour influencer le vote, et la victoire de Julian Assange, avec près de 400 000 voix -une large avance sur le deuxième, le premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan-, montre l’impact et la capacité de mobilisation en ligne du fondateur de WikiLeaks.

Time choisit Zuckerberg

A l’arrivée, pourtant, ce n’est pas Julian Assange qui va se retrouver en couverture de Time, mais Mark Zuckerberg. Cette volte-face du comité éditorial de Time par rapport au choix du public est pleine d’enseignements, car voilà deux hommes qui ont utilisé Internet pour changer le monde, mais dans des registres radicalement différents. Et entre les deux, Time a choisi le moins dérangeant.

Zuckerberg a certes créé un réseau social au succès phénoménal, avec plus d’un demi-milliard de membres dans le monde entier. Il est le plus jeune milliardaire au monde, et a un impact considérable sur la manière dont les gens communiquent, échangent leurs informations et, comme on l’a vu dans « The Social Network », draguent…

Assange, avec WikiLeaks, a changé la règle du jeu du secret d’Etat, en mettant sur le « marché » des centaines de milliers de documents confidentiels militaires ou diplomatiques américains. Cet Australien poursuivi par la justice en Grande-Bretagne pour des plaintes suédoises liées à sa vie privée et pas à son action militante, est devenu l’homme à abattre pour les Etats, le héros des partisans de la transparence absolue.

Staline en couverture de Time en 1942Entre Zuckerberg et Assange, entre deux héros de la Toile, Time a choisi le moins subversif. Sans doute est-il plus difficile de choisir d’afficher en couverture un homme qui est sous le coup de deux accusations d’abus sexuels, même si le personnage controversé d’Assange va bien au-delà de ce fait divers suédois.

Choix heureux et malheureux du passé

Par le passé, le choix de la personnalité de l’année n’a pas toujours été heureux. Time a « élu » Pierre Laval en 1931 (le seul Français avec de Gaulle en 1958), Hitler en 1938, Staline en 1942 (c’était assurément justifié cette année-là, moins avec le recul historique…), ou encore « le soldat américain » en 2003, l’année de l’invasion de l’Irak.

La couverture de Time sur le citoyen sur InternetMais Time a également eu la main plus heureuse lorsqu’il s’est éloigné des personnalités politiques, comme avec sa célèbre « une » de 2006 « You », qui célébrait l’avènement du citoyen sur Internet, sans doute l’une des plus justes (c’était quelques mois avant le lancement de Rue89…), ou encore en 2002 avec le « whistleblower », le « lanceur d’alerte » qui dénonce les abus.

Julian Assange a poussé la logique des « whistleblowers » à l’extrême, mais Time était semble-t-il plus à l’aise avec un lanceur d’alerte anonyme qu’avec un insaisissable Australien actuellement en prison.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s