Google peine à contenir les dérapages de ses utilisateurs

« Les Noirs… sentent mauvais », « les Juifs… sont radins »… Lorsqu’on tape certains mots-clés dans Google, les suggestions de recherche s’avèrent parfois déconcertantes.
La dernière version du moteur de recherche reflète les préjugés des internautes.
Si vous tapez «les blondes» dans Google, le célèbre moteur de recherche, croyant deviner vos pensées propose immédiatement «les blondes sont moches». Cela s’appelle l’instantanéité… Traiter la demande avant qu’elle ne soit formulée. Censé faire gagner du temps, Google Instant, la dernière trouvaille du géant américain tourne à la machine d’épandage. Si vous pianotez «les Noirs s…» Google se précipite et vous suggère «les Noirs sentent mauvais». Suivi par «les Noirs savent pas nager». La tentative «les Noirs p…» accouche des «Noirs puent» ou encore «Les Noirs préfèrent les Blanches» ou encore, «les Noirs peuvent-ils bronzer?».
D’un coup de clavier, voilà les vicissitudes de l’humanité révélées, ses préjugés, ceux que l’on tait dans la vraie vie pour mieux les confier à Google, cherchant à assouvir sur la Toile ses penchants politiquement incorrects. Tout s’affiche soudain. Idées rances, fantasmes, préjugés ordinaires. Car Google «restitue les demandes les plus fréquentes. Il classe les sites et les requêtes en fonction de leur popularité», explique Stanislas Magniant, spécialiste du Net pour Publicis.
Devant les protestations, le moteur de recherche s’est justifié en début de semaine. Nous nous efforçons «de refléter la diversité des contenus sur le Web, de manière objective et neutre», a fait savoir la firme, tout en appliquant «un ensemble de politiques de retrait pour les contenus pornographiques, violents ou haineux». «Nous prenons cette question (des suggestions racistes) très au sérieux et nous encourageons les utilisateurs à signaler les problèmes», suggère encore Google. Aux États-Unis, où l’on ne plaisante pas avec le racisme, la firme a passé les réponses à la loupe.
En France, le filtre reste partiel. Prenons ainsi «les Juifs». L’universitaire Jean Veronis, professeur de linguistique et d’informatique à l’université de Provence, avait le premier poussé un «Googueule», alias un coup de gueule, la semaine dernière, signalant qu’on obtenait: «les Juifs sont radins, sont riches, sont méchants, sont moches», dans l’ordre. Depuis, Google propose une approche plus académique. «Les Juifs en France» puis les «Juifs d’Algérie», puis «les Juifs des chaînes de TV françaises vous allez être surpris», puis «les Juifs et l’argent»… Essayez «les femmes sont» et le Google Instant vous livrera un reflet du monde: elles sont «sur la terre», «chiantes», «compliquées», «belles», «perfides», «plus chastes des oreilles que du reste du corps»…
En revanche, Le moteur reste muet lorsqu’on l’interroge sur «les Arabes». «Homosexuel» le laisse sans suggestion. Le mot Roms semble contrôlé, mais «Roumains» dérape dans «Roumains voleurs» en cinquième choix. «Les Corses» débouche sur «Corses racistes», «les immigrés» donne lieu à des résultats sérieux, puis trébuche dans «les immigrés dehors ». Il n’y a que les brunes… qui s’en sortent sans égratignures, Google jure que «les brunes sont les meilleures» tout simplement.

source : lefigaro

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s