Israël en Tunisie : appel à la normalisation sur Facebook

Israël mène une campagne de fédération de sympathisants
Cette fois, il ne s’agit pas d’une tentative individuelle, ou d’un discours singulier tenu par quelques pacifistes en force. La page Facebook intitulée « Israël en Tunisie » ne se limite pas à promouvoir les « relations diplomatiques, la croissance économique et l’amitié entre l’État d’Israël et la Tunisie » par la parole, mais elle investit pour y arriver. Pour preuve, ses administrateurs ont payé une publicité Facebook, qui s’affiche sur les pages d’actualités des membres tunisiens. La volonté est claire : il faut trouver des amis d’Israël en Tunisie, quitte à y mettre le paquet.

L’initiative est loin d’être isolée ou aléatoire : dans les Favoris de la page, on peut voir trois pages similaires, intitulées « Israel in Africa », « Israel in the UN » et « Israel » tout court. En naviguant sur ces pages, on découvre qu’il y en a toute une panoplie, faisant la promotion d’Israël partout dans le monde : Amérique, Asie, Europe… 125 pages en tout sont répertoriées dans le « vaisseau amiral » de la campagne, qu’est la page Israel. Et on n’oublie rien, de Singapour, au Congo, en passant par le Guatemala, tout le monde y passe. Chaque page s’adresse au pays ciblé dans sa langue, anglais, français, arabe, espagnol et même russe, les moyens investis démontrent clairement leur puissance. Et leur intelligence aussi : on s’adresse à la Tunisie et à l’Algérie en Français, et à tous les autres pays arabes en Arabe littéraire.

Les campagnes massives visant à embellir l’image de l’entité sioniste sur le net ne datent pas d’aujourd’hui. Le 18 août dernier,
le
quotidien britannique The Guardian reportait que le Yesha Council, organisation qui représente le mouvement des colons juifs, et Israel Sheli, un mouvement de la droite Israélienne, ont organisé un atelier de travail à Jérusalem, afin d’apprendre aux participants des techniques d’édition et de réécriture du contenu de l’encyclopédie en ligne Wikipédia. Le but est de changer les articles de cette encyclopédie collaborative, afin qu’elles conviennent mieux aux intérêts d’Israël.

Selon le webzine d’opinion Israélien JSSNews.com, le ministère des Affaires étrangères israélien emploie actuellement une équipe clandestine de jeunes Israéliens, constituée principalement de jeunes diplômés férus d’Internet, qui se distinguent par leurs remarquables capacités linguistiques, et « dont le travail consiste à surfer sur l’Internet 24 heures sur 24 pour traquer les mensonges et propager des informations positives sur Israël », en jouant « le rôle de surfeurs ordinaires ». Parallèlement, Afriqueredaction.com rapporte qu’il s’agit également de « soldats qui ont terminé leur service militaire, et qui parlent couramment l’arabe », qui ont aussi intégré ce projet, auquel une première enveloppe de 150 mille dollars aurait servi au lancement.

Le projet lancé récemment sur Facebook montre que la cellule en question se développe, et ne cesse d’étendre son activité. Là, on s’attaque au réseautage, et à la fédération des sympathisants partout dans le monde. Après Wikipédia, on est passé aux réseaux sociaux, support de diffusion et d’échange le plus efficace sur le web actuellement. Pour l’instant, l’échange ne semble pas très bien se passer avec les Tunisiens qui s’opposent farouchement à l’idée, et n’hésitent pas à s’attaquer frontalement aux initiateurs sur la page en question. Cependant, il est certain que la campagne ne fait que commencer. Affaire à suivre…
source http://www.tunivisions.net/israel-en-tunisie-appel-a-la-normalisation-sur-f-acebook,10157.html

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s