Mountazer Al-Zaïdi et le retour du lancer de chaussure

Le 1er décembre 2009, le journaliste irakien Mountanzer al-Zaïdi, célèbre pour avoir lancé sa chaussure sur le président américain Georges W. Bush en décembre 2008, était à Paris pour une conférence de presse à l’invitation du club de la presse arabe. Les discussions se déroulent dans un climat détendu, presque convivial, jusqu’à ce qu’un autre journaliste irakien le prenne à parti. C’est ce qu’on appelle « l’arroseur arrosé »…

Mountazer al-Zaïdi a esquivé la chaussure qui a fini sa course sur un rideau derrière les intervenants à cette conférence de presse.
Al-Zaïdi avait lancé ses chaussures sur l’ancien président américain le 14 décembre 2008, au cours d’une conférence de presse d’adieu à Bagdad de George W. Bush, instigateur de la guerre en Irak. « C’est le baiser d’adieu, espèce de chien ! », avait-il crié.

Condamné à un an de prison pour « agression contre un chef d’Etat en visite officielle », Mountazer al-Zaïdi, considéré comme un héros par beaucoup dans le monde arabe, a été libéré au bout de neuf mois pour bonne conduite.
Lors de la conférence de presse mardi à Paris, qui a repris après l’incident, Mountazer al-Zaïdi a indiqué qu’il était en France pour quelques jours, avant de retourner à Genève.
Il a précisé qu’il devait y recevoir des soins, expliquant avoir été torturé pendant trois jours au début de sa détention. Il a indiqué avoir eu les bras attachés dans le dos et avoir été battu avec des chaises et des barres en fer, et souffrir de fractures et d’une déchirure des ligaments.
Le journaliste de 30 ans, membre de la majorité chiite du pays, a créé une fondation humanitaire de droit suisse destinée à venir en aide aux Irakiens, notamment aux orphelins et aux veuves. Il a aussi exprimé son intention de retourner un jour en Irak.
Mountazer al-Zaïdi a assuré qu’il serait prêt à renouveler son geste, si l’occasion se présentait, y compris en face de Barack Obama, « quels que soient la couleur de sa peau, son origine ou sa religion ».
« J’imagine que si la France était occupée, vous n’accueilleriez pas les envahisseurs avec des fleurs », a-t-il lancé.
Pendant sa détention, le lanceur de chaussures a reçu des demandes en mariage. Il a aussi reçu des promesses d’énormes sommes d’argent en remerciement de son geste. Il a assuré avoir donné instruction à sa famille de tout refuser, « jusqu’à ce qu’un moyen soit trouvé pour que le peuple d’Irak puisse en bénéficier »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s