Les Suisses s’inquiètent des réactions du monde musulman

Au lendemain du référendum pour interdire les minarets, le gouvernement suisse craint que « ce résultat ne soit pas sans conséquences pour les exportations et la branche touristique ».

La Suisse s’inquiète, mardi 1 décembre, des conséquences pour ses relations commerciales et diplomatiques avec les pays musulmans, au lendemain du vote surprise massif de 57,5% de ses citoyens pour interdire les minarets, dans un pays qui compte 400.000 musulmans.
La ministre suisse des Affaires étrangères, Micheline Calmy-Rey, a expliqué avoir reçu les ambassadeurs de pays musulmans pour leur « expliquer » les résultats du référendum. « Nous essayons d’expliquer et d’informer sur les résultats du vote, en particulier dans les pays arabes et islamiques.
J’ai rencontré les ambassadeurs des pays concernés […] en poste à Berne », a déclaré la ministre à la radio française RTL.
Le gouvernement suisse craint « effectivement […] que ce résultat ne soit pas sans conséquences pour [les] exportations et la branche du tourisme », a reconnu la ministre de la Justice et de la Police suisse, Eveline Widmer-Schlumpf. En effet, pour le politologue Pascal Sciariani de l’Université de Genève, « il n’y aura pas forcément d’appel explicite des gouvernements de ces pays à boycotter la Suisse, mais il peut y avoir des réactions individuelles ou de l’élite appelant les musulmans à réduire leur fortune gérée en Suisse, à réduire leurs voyages touristiques, notamment à Genève, ou à compliquer les relations commerciales avec la Suisse ».

« Une expression d’intolérance »

L’imam de la mosquée de Genève, l’une des quatre en Suisse flanquées d’un minaret, a lancé un « appel au calme » : « Les musulmans du monde doivent respecter cette décision, sans pour autant l’accepter. Sinon nous serons les premières victimes », a déclaré l’imam Youssef Ibram dont la mosquée a été visée par des actes de vandalisme durant la campagne.
Plus que du monde islamique, les critiques les plus virulentes sont jusqu’ici venues d’Europe. Le ministre français des Affaires étrangères Bernard Kouchner s’est dit « scandalisé » par « une expression d’intolérance », tandis que l’UE et le Conseil de l’Europe ont affiché leurs craintes d’une stigmatisation de l’islam. La Rapporteur spéciale de l’ONU pour la liberté de religion, Asma Jahangir, a condamné une « discrimination évidente à l’encontre des membres de la communauté musulmane en Suisse ».
En Indonésie, le plus grand pays musulman au monde, la principale organisation musulmane a dénoncé lundi un signe de « haine » et d »‘intolérance » mais appelé à « ne pas réagir avec excès ». Dès dimanche, le grand Mufti d’Egypte, Ali Gomaa, avait fustigé « une insulte » aux musulmans du monde entier, mais encouragé les musulmans vivant en Suisse à « dialoguer » avec les autorités.

« Le regard sur la Suisse ne sera plus jamais le même »

Genève, important centre financier en matière de gestion de fortunes et haut-lieu du luxe international prisé des riches touristes arabes, craint particulièrement les résultats d’un vote lancé par l’Union démocratique du centre (UDC, droite populiste), le principal parti au parlement fédéral. Chaque année, les visites à Genève des ressortissants des pays du Golfe génèrent environ 250 millions de francs suisses (164 millions d’euros), soit un dixième des revenus touristiques de la ville.
L’impact du vote des Suisses reste pour l’instant difficile à chiffrer. « Les suites immédiates de la votation sont limitées », relève le journal zurichois Neue Zürcher Zeitung (NZZ). « Le regard du monde musulman sur la Suisse ne sera plus jamais le même », avertit le directeur du Centre d’études et de recherche sur le monde arabe et méditerranéen à Genève, Hasni Abidi.
L’UDC a averti lundi qu’il préfère que la Suisse « résilie les traités » internationaux plutôt que de se plier à une décision de l’ONU ou de la Cour européenne des droits de l’homme. Plusieurs hommes politiques, notamment du parti des Verts, ainsi que des membres de la communauté musulmane en Suisse, ont évoqué la possibilité de recourir à ces deux organismes internationaux, estimant que l’interdiction des minarets viole les traités souscrits par la Suisse.
La Suisse compte environ 400.000 musulmans sur une population de 7,5 millions d’habitants, faisant de l’islam la deuxième religion du pays après le christianisme, selon les chiffres du gouvernement. Toutefois la Suisse ne compte que 4 minarets.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s